Compliance & Risk, clé de la révolution digitale de l’assurance-vie Written by Alexandre Keilmann on April 24th, 2017

Dans un contexte de digitalisation croissante et de durcissement des règlementations dans le secteur financier, quelques sociétés pionnières surfent désormais sur la vague RegTech. Au même titre que les FinTech, InsurTech ou encore FundTech, ces technologies révolutionnent désormais les processus compliance & risk, avec pour but final d’apporter une nouvelle valeur ajoutée aux sociétés qui prennent en marche le train de la RegTech. C’est le cas de OneLife, compagnie d’assurance-vie luxembourgeoise, et de la startup luxembourgeoise KYCTech. Rencontre avec Marc Stevens, CEO de OneLife, Thierry André et Luc Maquil, cofondateurs de KYCTech, pour revenir sur une collaboration riche en innovation.

 

« Cette intégration de la RegTech s’inscrit dans le processus de digitalisation que nous avons entamé il y a bientôt deux ans » débute Marc Stevens, avant de préciser : « Nous avons pour l’heure choisi de mettre l’accent sur deux axes bien précis concernant la RegTech : l’intégration de filtrage KYC/AML pour le new business, ainsi que le check KYC/AML pour les personnes morales ». Les dernières règlementations de la CSSF et du CAA imposent également de nouvelles vérifications obligatoires lors de l’acceptation de clients. La RegTech est devenue une quasi nécessité pour un pionnier du digital tel que l’assureur-vie luxembourgeois. Les équipes de OneLife et de KYCTech s’accordent à dire que ce partenariat était des plus naturels, la startup luxembourgeoise se positionnant comme facilitateur permettant de simplifier les régulations en y adoptant les technologies, pour mieux y répondre. « Le compliance & risk digitalisé contribue désormais clairement au business et sa valeur ajoutée est indéniable » souligne Thierry André.

 

Une collaboration unique

De nombreux échanges et réunions de travail entamés à la fin de l’année 2016 qui ont permis, dès le début du processus, d’intégrer les équipes Compliance & Risk, Commerciales, IT & Digital puis Customer Service. « Nous avons donc opté pour un véritable partenariat, en mode agile, en composant un groupe de travail avec des collaborateurs représentant chaque département et partie prenante, afin de garantir le succès du projet » précise Luc Maquil. Marc Stevens souligne quant à lui l’importance des workshops qui ont été animés par KYCTech, ayant notamment permis de donner une vision à moyen terme et surtout de challenger les pratiques en cours avec pour but une optimisation des processus, leur digitalisation mais également la création de la valeur ajoutée. « De telles solutions ont vocation à dégager un temps conséquent pour les équipes Compliance & Risk, mais aussi Customer Service, sans parler de la rapidité de la réaction et de service que cela engendre » souligne le CEO de OneLife.

 

La RegTech, véritable facilitateur

« L’API analyse les données et donne un signal – vert, jaune ou orange – avant de rediriger si nécessaire au département compliance ou de demander un complément de détail » expliquent Thierry André et Luc Maquil. Ce processus permet alors de générer un rapport, avant de l’intégrer au dossier client, en 10 secondes. Un employé peut dépenser un temps conséquent à vérifier ces informations, cruciales pour établir de nouveaux contrats d’assurance-vie. Un travail manuel qui peut être automatisé et libérer du temps pour un focus plus détaillé sur les vraies problématiques AML/KYC. Outre le déroulement d’un Proof of Concept lors des mois d’avril et de mai 2017, c’est tout un programme d’intégration qui a été posé et approuvé pour une livraison, puis intégration à la mi-septembre. « Un timing parfait, en adéquation avec la finalisation de plusieurs autres projets autour de la phase terminale de notre processus de digitalisation » ajoute Marc Stevens. Chez OneLife, l’arrivée de ces nombreux projets et nouveaux outils digitaux visent bien à faire monter ses collaborateurs en compétences pour améliorer la valeur-ajoutée et ainsi mieux répondre aux besoins de ses partenaires et clients.

 

Avec de telles solutions, OneLife est équipée pour pallier l’augmentation du niveau de régulation et renforce le côté tailor made de ses activités, se démarquant ainsi de ses concurrents. De plus, avec ce rapprochement, les deux acteurs luxembourgeois prouvent que la dynamique RegTech est bien en marche au Grand-Duché et que le pays est une nouvelle fois à la pointe du digital, comme souhaité par le gouvernement et son initiative Digital Lëtzebuerg. OneLife et KYCTech présenteront notamment les avancements de ce projet lors d’ICT Spring, qui se déroulera les 9 et 10 mai prochains, avant d’annoncer lors du RegTech Summit d’octobre prochain, de nouvelles innovations dans un secteur de l’assurance désormais bien loin de l’étiquette traditionnelle dont on l’affuble encore bien trop souvent.

 

Alexandre Keilmann